Gargoyle’s Quest : Point de départ de mes Let’s Play commentés

Il y a peu de temps, j’ai décidé de d’étoffer ma chaîne YouTube (et par la même occasion, j’ai ajouté une section adéquate sur mon blog). Pour inaugurer ma nouvelle section Let’s Play Retro Games, j’ai choisi de consacrer un Let’s Play en trois parties sur Gargoyle’s Quest. 

Pourquoi ai-je créé une section Let’s Play retrogaming ?

Une envie de proposer autre chose

Mon amie Ashe Vlakyrie m’a donné envie de me lancer dans le Let’s Play, depuis qu’elle a choisi d’en faire sur sa propre chaîne. Ceux-ci sont relatifs à la découverte de donjons racines sur Bloodborne. En ce qui me concerne, j’ai opté pour du retrogaming, car vu que je suis un vieux de la vieille dans ce domaine, je me suis dit que je devrais en profiter !

De plus, j’avais l’impression de patauger dans mes idées de contenus depuis pas mal de temps. Ceux-ci ne reposaient essentiellement que sur Bloodborne et il faut dire que depuis 5 ans, j’en ai créés beaucoup ! J’ai jugé qu’il était temps d’apporter du sang neuf et paradoxalement, j’ai choisi de le faire avec du vieux : amusant n’est-ce pas ?

Ma nouvelle section YouTube consacrée aux jeux vidéo retro #GuiDaFunkyManRetroGaming #GuiDaFunkyMan #Retrogames #Retrogaming #GargoylesQuest #GameBoy #Retrendogames #RetrendoGaming

Ma nouvelle section YouTube consacrée aux jeux vidéo retro

Une volonté de parler de jeux injustement mis de côté

L’adverbe injuste est un peu fort, je le conçois, néanmoins c’est le sentiment que j’ai lorsque je me renseigne ici et là au sujet de certains vieux jeux. Beaucoup de gens ne connaissent pas les jeux dont je leur parle, bien qu’ils soient issus de la même génération que moi. Je me dis que peut-être certains les ont manqués par un concours de circonstances et que d’autres gens plus jeunes pourraient être intéressés par le fait de les découvrir.

Même si je n’ai pas joué à tous les jeux 8 bits et 16 bits Sega et Nintendo, je pense avoir une bonne base de titres insolites dont je peux parler. En l’occurrence, j’ai voulu commencer avec Gargoyle’s Quest sur GameBoy, qui n’est pas forcément le titre qui vient tout de suite à l’esprit, lorsqu’on parle de cette console.

On notera quand même qu’il s’agit d’un des premiers jeux de la console portable monochrome de Nintendo. Premier titre d’une trilogie sorti en 1988, qui s’est poursuivie ensuite sur NES, puis sur Super NES. Autre chose intéressante, Gargoyle’s Quest est une déclinaison de la série des Ghost’n’Goblinsce qui signifie que le studio Capcom en est à l’origine !

Pourquoi ai-je choisi Gargoyle’s Quest ?

Ce titre a marqué mon enfance

Ce jeu tient une place particulière dans mon cœur de joueur et pourtant, à l’époque je ne le possédais pas. C’était un de mes amis qui me le prêtait régulièrement : lui et son frère avaient énormément de mal avec ce dernier. Il faut dire que son gameplay était assez exigeant, néanmoins quelque chose m’avait toujours attiré dans ce jeu.

J’ai tellement joué à Gargoyle’s Quest que je le connais presque par cœur. J’y ai passé des heures et heures, afin de maîtriser le mieux possible notre cher héros : Firebrand. C’était donc l’occasion parfaite pour lancer cette section Let’s Play YouTube, en utilisant ce jeu.

Image de la cartouche GameBoy occidentale de Gargoyle's Quest #GuiDaFunkyMan #RetroGaming #RetroGames #GargoylesQuest #Nintendo #Capcom

Cartouche occidentale de Gargoyle’s Quest sur GameBoy

Une opportunité idéale pour tester un nouveau concept

Dans le futur, j’espère donc aborder d’autres titres comme celui-ci, pas forcément connus au premier abord, mais qui pour moi méritent le coup d’œil. De plus, j’y apporterai mon propre ressenti et cela me permettra de faire certaines comparaisons avec les jeux contemporains.

Je tiens à préciser que j’ai hésité à proposer Zelda 2 The Adventure of Link comme Let’s Play de départ. Toutefois, je me suis dit qu’il serait plus judicieux de commencer avec un jeu plus court. Gargoyle’s Quest nécessite environ une heure et demie de temps de jeu ; il faut compter beaucoup plus pour l’opus NES. J’ai donc privilégié les aventures de Firebrand sur GameBoy, dans le but de m’entraîner à créer des séquences ni trop longues, ni trop courtes, notamment via les retours de mes viewers.

Quelles sont les bases de Gargoyle’s Quest ?

Beaucoup d’action saupoudrée de notions de jeu de rôle

Gargoyle’s Quest, pour ceux qui ne connaissent pas ce titre, est un jeu d’action/plateformes, avec un soupçon de RPG. On alterne avec des phases vues de dessus, en l’occurrence tout ce qui a trait aux déplacements sur la carte du monde et des phases d’action à scrolling latéral.

Parlons maintenant un peu de l’histoire du jeu : son héros n’est autre que la gargouille Firebrand, un des principaux ennemis que rencontre Arthur dans Ghost’n’Goblins, Ghouls’n’Ghosts et Super Ghouls’n’Ghosts justement. Il se doit de rétablir l’ordre dans le royaume des Goules, dont le pouvoir a été pris de force par le Roi de la Destruction : Breager. Un scénario bateau me direz-vous, mais est-ce le plus important ?

Malgré des bosses peu marquants, j’en compte deux vraiment sympas en définitive, on se laissera séduire par la dimension artistique gothique, ainsi que par une bande son prenante pour l’époque. En tout cas, je peux vous dire que Gargoyle’s Quest a marqué ma vie de gamer, bien qu’il m’ait fait suer à grosses gouttes pendant un bon bout de temps, avant d’en maîtriser le gameplay. Il n’empêche que ça en valait la peine.

via GIPHY

 

Le sentiment d’accomplissement donne envie d’aller plus loin

Tout comme Demon’s Souls, c’est le fait de réussir le premier niveau qui nous confère la possibilité d’en voir plus et d’avoir accès à d’autres possibilités. D’ailleurs, lorsque l’on atteint le premier village, on va avoir droit à un bon vieux système de sauvegarde par mot de passe – un classique des jeux retro – qu’un autochtone se fera une joie de nous transmettre.

On retrouvera ce type de PNJ dans chaque nouveau village visité et il y en a tout au long de l’aventure. Certains personnages nous demanderont d’effectuer des quêtes, qui une fois remplies, nous obligeront à revenir les voir, pour leur remettre l’objet qu’ils avaient perdu ou convoitaient. En échange, vous imaginez bien qu’ils nous offriront des récompenses à la hauteur de la mission effectuée.

En quoi Gargoyle’s Quest est-il réellement alléchant ?

Au début, le gameplay peut s’avérer décourageant

Le mode aventure reste banal et les interactions avec l’environnement, ainsi que les PNJ très sommaires, néanmoins il ne faut pas oublier que l’aspect RPG de Gargoyle’s Quest est surtout un prétexte pour plonger le joueur dans de l’action pure et dure, grâce à un gameplay pointu. Pour ce qui est des scènes de combat, tout se joue dans la gestion des sauts, mais surtout celle du temps de vol.

En effet, Firebrand possède la faculté de voler sur quelques mètres, du moins au début. Cette capacité s’améliore un peu plus tard et c’est d’ailleurs ce point qui rend le gameplay très difficile à assimiler lorsqu’on est novice. Bien qu’ils soient courts, les premiers niveaux sont bourrés de pièges et demandent déjà de bons réflexes, si bien qu’il est difficile d’arriver en un seul morceau face au premier boss.

Autre chose à prendre en compte : le fait que Firebrand puisse s’accrocher à presque tout et n’importe quoi. Cette faculté peut autant lui sauver la mise, que lui jouer des tours. C’est pour moi le point noir du jeu. Parfois, on se retrouve un peu malgré nous à subir les fixations intempestives de Firebrand ici et là. De surcroît, cela peut survenir au pire moment : lorsqu’un ennemi s’approche de nous par exemple et là, bim ! Impossible d’esquiver le coup… Toutefois, avec un peu d’entraînement, on devient capable d’éviter ce genre de déconvenue.

La dimension artistique de Gargoyle's Quest est très réussie, malgré l'aspect monochrome de la GameBoy #GuiDaFunkyMan #GargoylesQuest #Capcom #Retrogaming #Nintendo #RetrendoGaming #RetrendoGames #retrogames

La dimension artistique est très réussie, malgré les moyens de l’époque

Une fois acquis, la satisfaction prend le dessus

Même s’il paraît archaïque, n’oublions pas de relativiser par rapport à l’époque et rappelons-nous surtout que certains jeux actuels ont plutôt bien fonctionné, malgré un gameplay ultra limité (bonjour Sekiro Shadows Die Twice). Le maniement de Firebrand reste exemplaire et renvoie celui d’Arthur et ses Ghosts’n’Goblins dans les roses.

Bien que Firebrand soit difficile à maîtriser, il réagit au quart de tour et il vaut mieux que ce soit le cas, vu la quantité de pièges vicieux jonchés tout le long de sa route. Tout repose en fait sur le fait de savoir jauger sa durée de vol, conjugué à un bon dosage de ses sauts, ainsi qu’à la bonne maîtrise parallèle de certains projectiles acquis petit à petit.

Certains de ces projectiles lui permettent de s’accrocher à des piques sans se blesser, de casser des blocs lui barrant le passage. D’autres sont indispensables face à des bosses ou des situations spécifiques. On retiendra essentiellement que même les éléments d’attaque de Firebrand concourent à sa capacité à évoluer dans les décors. Selon moi il s’agit d’un tour de force pour l’époque et ceci participe grandement au fun procuré au cours des différentes pérégrinations, dans les contrées du royaume des Goules.

 

Conclusion

Assez parlé de Gargoyle’s Quest, passons désormais au Let’s Play ! Je tiens à vous faire remarquer que j’ai utilisé l’émulateur Visual Boy, afin de faire tourner le jeu et que je suis passé par Streamlabs OBS, pour capturer mes vidéos. A mon avis, je resterai sur ce support très pratique pour l’enregistrement de mes futurs projets.

Enfin, j’espère que vous saurez apprécier ce premier essai, autant que j’ai pris du plaisir à le réaliser. Actuellement, je suis en train de préparer un prochain Let’s Play ; je ne manquerai pas de vous tenir informés quant à son arrivée. De toute façon, je suis presque sûr que vous avez déjà une petite idée de quel jeu il va traiter.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *