Cinéma : du 7ème art aux séries

Le cinéma avec un grand C. Telle est ma vision du 7ème art. En effet, je ne suis pas un énorme fan des blockbusters ou du moins, je m’en lasse au fur et à mesure depuis une quinzaine d’année environ, même s’il existe encore quelques pépites. Je dirais que je privilégie la qualité à la quantité.

La tendance du cinéma actuelle (a fortiori l’américain) subit d’après moi une régression, dans le sens où l’on revient à ce qui prédominait dans les années 30. C’est-à-dire que le réalisateur n’a plus le dernier mot quant à ce qu’il souhaite faire, les grosses boîtes de production lui imposant le contenu de ses films, calqué sur ce qui fonctionne et est vendeur. Autrement dit on en est revenu à la happy end basique et à l’épuration quasi totale. Tout sujet à controverse, irrévérencieux ou subversif est aujourd’hui mal vu pour diverses raisons et le puritanisme ambiant en est l’un des acteurs majeur.

Néanmoins, il existe encore un cinéma grand public, mais aussi plus indépendant dans lequel je me retrouve et j’essaierai de vous en faire profiter, sans oublier les séries, dont certaines de par leur qualité, se rapprochent de plus en plus du cinéma en tant que tel.